La Cherga

(Website)

Mûrs, éclatant de couleur et avec autant de gout que des poivrons farcis, La Cherga crée la musique électro-roots du 21ème siècle avec une sensibilité pan-balkanique. La Cherga, ce sont six musiciens, tous de l’ancienne Yougoslavie. La chanteuse Irina Karamarkovic est une réfugiée du Kosovo tandis que Nevenko Bucan, un magicien croate de l’électronique avec une préférence pour les grooves des Balkans en version dub, a aussi fui le feu du nationalisme qui a consumé la Yougoslavie de Tito. D’autres membres du groupe nous viennent de Bosnie et de Macédoine.

La Cherga s’est formée en Allemagne et en Autriche, au moment où ces musiciens ont commencé à expérimenter une nouvelle identité musicale, en partageant ce qu’Irina appelle une philosophie « post-pessimiste » ; en travaillant sur des projets d’échanges culturels, apprenant à faire la différence entre ceux qui profitent de la guerre et ceux qui profitent des initiatives anti-guerre. La Cherga, qui doit son nom à un tapis des Balkans fait de bouts de tissu et parfois même de haillons (nom tout a fait approprié à ces recycleurs de musique), a commencé à tisser un collage sonique, en inventant un manifeste musical balkanique et internationaliste; leur son s’inspirant de ce qu’il y a de mieux dans l’Est et dans l’Ouest (rythmes composés de skankin et de cuivres avec dub chauffés à blanc opposé à la techno de Detroit) tandis qu’Irina chante la liberation de l’esprit de l’esclavage mental.
Combiner les cuivres des Balkans, des voix jazzy, des grooves jamaïcains et des beats électroniques pourrait ressembler à une recette pour un désastre, mais La Cherga démontre de façon éclatante comment bâtir des ponts musicaux et culturels. Emmenez quelques copains, une bonne bouteille et mettez la musique à fond : La Cherga crée une musique festive d’unité radicale.

Garth Cartwright

Albums

Fake No More

Label: Asphalt Tango
Distribution en France: Abeille
Date de sortie en France: 09 Octobre 2008

La Cherga, qui doit son nom à un tapis des Balkans fait de bouts de tissu et parfois même de haillons (nom tout a fait approprié à ces recycleurs de musique), a commencé à tisser un collage sonique, en inventant un manifeste musical balkanique et internationaliste; leur son s’inspirant de ce qu’il y a de mieux dans l’Est et dans l’Ouest (rythmes composés de skankin et de cuivres avec dub chauffés à blanc opposé à la techno de Detroit) tandis qu’Irina chante la liberation de l’esprit de l’esclavage mental.
Combiner les cuivres des Balkans, des voix jazzy, des grooves jamaïcains et des beats électroniques pourrait ressembler à une recette pour un désastre, mais La Cherga démontre de façon éclatante comment bâtir des ponts musicaux et culturels. Emmenez quelques copains, une bonne bouteille et mettez la musique à fond : La Cherga crée une musique festive d’unité radicale.

Garth Cartwright

La Cherga - Fake No More