Jon Hassell

(Website)

Difficile de sous-estimer l’importance qu’a eue Jon Hassell dans le monde du jazz, de la musique ambiante et de la musique moderne tout court. Trompettiste au souffle inimitable mais néanmoins très influent (parlez-en à Nils Petter Molvaer et Erik Truffaz) Hassell est surtout célèbre pour avoir inventé une approche esthétique qu’il a baptisée Fourth World, sorte de fusion de techniques piquées au monde des musiques électroniques, d’avant-garde et des musiques du monde. Le cheminement d’Hassell n’a donc rien de banal. Après une formation relativement traditionnelle, il a étudié avec Karlheinz Stockhausen, ce qui l’a amené à collaborer avec des monstres sacrés de l’avant garde comme Terry Riley et Lamonte Young. Mais la rencontre la plus déterminante de sa vie sera celle qui le mettra en présence du maître de chant ragga indien Pandit Pan Nath, dont il adaptera les techniques à la trompette, créant ce style si particulier. Suivirent des collaborations avec des gens tels Brian Eno, David Sylvian ou Daniel Lanois, des percés dans l’abstraction pure, des projets africain, et même une sorte de proto-acid-jazz. Encore aujourd’hui, il chérit les mélanges. “Je ne cherche pas à imiter d’autres cultures, précise-t-il. C’est pour ça qu’il déclare souvent faire de la worldy music plutôt que de la world music, c’est à dire une musique qui porte en elle la marque du voyage et de la connaissance du monde. Dans toutes ses pérégrinations , Hassell n’a pas non plus négligé le jazz. "Je me suis volontairement éloigné en me perdant dans une forêt; en ressortant, j’ai repris contact avec le jazz…”

jonhassell.com
www.maarifastreet.com

Albums

Listening To Pictures

Label: Ndeya
Distribution en France: Differ-Ant
Date de sortie en France: 08 Juin 2018

Premier nouvel album en neuf ans du visionnaire musical et artiste à l’immense influence. Depuis sa création il y a quarante ans, l’esthétique “Fourth World” de Jon Hassell demeure une puissante influence dans la musique électronique moderne. Poursuivant son exploration de toujours sur les possibilités de recombinaison et d’épissage musical, des fragments de ses interprétations sont samplés, mis en boucle, ré-enregistrés et ré-arrangés dans des formes envoûtantes et inattendues. Hassell applique aux arrangements la technique picturale du “pentimento”, en extrayant ainsi la texture par la superposition de couches de sons, ou une révélation soigneusement agencée de la délicate ossature qui fixe la trame du morceau.

Jon Hassell - Listening To Pictures

City: Works Of fiction

Label: Warp Records
Date de sortie en France: 03 Juin 2014

Combinant sa marque de fabrique autobaptisée fusion du quatrième monde avec de nouvelles influences issues de la scène émergente hip-hop, cet album datant de 1990 est un jalon dans la carrière de Jon Hassell. un son futuriste funk complété par une production esthétique – instruments et échantillonnages à la manière des meilleurs enregistrements dub. L’album se présente dans une edition triple deluxe, avec en complément un concert enregistré en 1989, mixé live par Brian Eno. Le 3eme disque est composé de démos et de ré-interprétations par des producteurs de la scène electro qui présente une nouvelle dimension de la version originale de City : Works of fiction.

Jon Hassell - City: Works Of fiction

Last night the moon came (...)

Label: ECM Records
Date de sortie en France: 30 Avril 2009

Jon Hassell revient sur ECM avec un nouvel album, dont la parution a coïncidé avec la première tournée du trompettiste aux USA depuis deux décennies et qui tire son titre d’un vers du poète persan du 13e siècle Jalaluddin Rumi. Hassell décrit la musique comme « une pièce continue, presque symphonique, avec une construction cinématique et des amoncellements de nuages fabriquant des motifs toujours changeants ». L’essentiel de la musique provient d’une session enregistrée en avril 2008 dans les Studios La Buissonne près d’Avignon, des extraits de concerts captés à Courtrais en Belgique et à Londres. Un remix d’une pièce originellement composée pour un film de Wim Wenders a également été intégré dans le flux atmosphérique et filmique de la pièce aux côtés de courts samples collectés tout au long de l’année 2008.
Hassell a lui-même qualifié son nouveau genre musical très personnel de “Quatrième Monde”(Fourth World). Quelque nom qu’on lui donne, son influence s’est faite considérablement ressentir dans les domaines de la pop music, du jazz et du rap autant que dans ceux de la musique de chambre ou de la musique de film… Les jeunes stars de la trompette comme Nils Petter Molvaer, Paolo Fresu, Eric Truffaz et Arve Henriksen le citent comme influence majeure, tous reconnaissant leur dette envers les tonalités liquides de sa sonorité, la dimension flottante, comme en apesanteur, de ses improvisations, mais aussi le caractère avant-gardiste de son utilisation de l’électronique en relation avec l’instrument.

Jon Hassell - Last night the moon came (...)

Maarifa Street

Label: Label Bleu
Distribution en France: Night & Day
Date de sortie en France: 10 Mars 2005

Au départ trois concerts, tous enregistrés; certaines performances (notamment la trompette) ont été conservées intactes, d’autres ont été rejouées ou réinventées. De nouvelles textures sont apparues par cannibalisation d’extraits d’œuvres existantes remaniées. Ce panachage entre la spontanéité et les ‘imperfections’ d’un concert et le travail minutieux d’enregistrement en studio a produit quelque chose d’éminemment original. Enregistré avec les musiciens du groupe : Rick Cox, Peter Freeman et John Beasley ainsi que des interventions de Paolo Fresu et Dhafer Youssef.

Jon Hassell, trompettiste et créateur extraordinaire vivant à Los Angeles, a conçu un style de musique qu’il décrit comme ” Fourth World ”, hybride mystérieux et unique de musique ancienne et digitale, composée et improvisée, orientale et occidentale. Voici ce qu’il dit du choix du titre de l’album :

” Une coupure du New York Times du 17 avril 2003 mentionne une ” Maarifa Street ” à Qualat Sukkar en Irak. En arabe, Maarifa signifie ‘connaissance’. Je me suis dit qu’il était tout à fait pertinent de rappeler que les mots ‘connaissance’ et ’ Arabe ’ étaient compagnons de voyage depuis des siècles. “

Jon Hassell - Maarifa Street

The Million Dollar Hotel

Label: Universal Island Records
Date de sortie en France: 01 Janvier 2000

Jon joua et composa la musique du film de Wim Wenders The Million Dollar Hotel, en collaboration avec Bono, Daniel Lanois et Brian Eno.

Jon Hassell - The Million Dollar Hotel

Fascinoma

Date de sortie en France: 01 Janvier 1999

Cet album sorti en 1999, révèle une nouvelle direction empruntée par Jon Hassell.

” Au cours des années 90, des cinéastes comme Lars Von Trier ont éliminé les artifices de la production, ils ont minimisé la technique afin de trouver une nouvelle fraîcheur. Je me suis identifié à cette façon de voir les choses et cela m’a mené à faire Fascinoma, un disque dépouillé, totalement acoustique, enregistré dans une église avec un seul micro. “

En pleine explosion de la musique électronique, il fallait le faire !

” Je me disais bon, il y en a d’autre qui reprennent le flambeau, il est temps pour moi d’explorer le son de la trompette sans effet cosmétiques. Je me suis donc permis d’interpréter “Nature Boy” et “Caravan”, des standards que je n’avais jamais enregistrés auparavant.

“De ma part, c’était un grand pas en avant, un geste révolutionnaire d’une certaine façon, alors que pour d’autres, ç’aurait été une régression. En musique, j’avais déjà posé des gestes déterminants qui ont été assimilés par bien des artistes plus jeunes. Qu’avais-je encore à prouver ?”.

Jon Hassell - Fascinoma