Atahualpa yupanqui

Chanteur-compositeur, Atahualpa Yupanqui
(El Campo de la Cruz, Argentine) 1908 – ( Nîmes, France ) 1992
Il est est considéré comme l’un des plus grands poètes populaires de toute l’Amérique de langue espagnole. D’ascendance indienne quechua par son père et basque par sa mère, Hector Roberto Chavero Aramburu est né le 31 janvier 1908 à Pergamino, El Campo de la Cruz, au nord de Buenos Aires, au cœur de la Pampa. Il passe son enfance à Fortín Roca, autre village de la Pampa, où son père est chef de gare.
Dès l’âge de six ans, il apprend à jouer du violon et de la guitare. Junín, Córdoba, Tucumán sont très vite les étapes d’une longue errance. À la mort de son père, en 1921, il abandonne ses études et décide de devenir artiste tout en s’employant à faire divers métiers pour gagner sa vie.
Il parcourt alors les grands espaces de son pays, découvrant la réalité misérable où vit le peuple des campagnes, indiens ou métis. Il devient leur porte-parole dans ses premières compositions – Camino del Indio, Nostalgia de Tucumán.
En 1928, journaliste à Buenos Aires, il rencontre l’ethnologue Alfred Métraux, avec qui il explore la Bolivie. Sa connaissance intime des êtres, des paysages, des coutumes ancestrales et de l’âme indienne nourrit son inspiration. «Je pense – disait-il – que la mission de l’artiste n’est pas de résoudre des problèmes politiques, mais d’être auprès du peuple, de témoigner de ses problèmes et de ses difficultés.»
En 1941, sous son pseudonyme, choisi dès l’adolescence, formé d’Atahualpa, le dernier chef inca, assassiné par les conquistadores de Pizarre, et de Yupanqui, «le Grand Méritant », cacique suprême des indiens Quetchuas, il publie un recueil poétique, Piedra sola, qui sera suivi de Cerro Bayo (1943) et de Aires indios (1946). Dans ce dernier livre, il se présente ainsi à «l’homme blanc»
À Paris, en 1950, présenté par Édith Piaf au théâtre de l’Athénée, Atahualpa Yupanqui reçoit la consécration. Il devient l’ami de Louis Aragon, Paul Eluard, Picasso, Rafael Alberti. Il multiplie les tournées en Europe et dans le monde entier. Comptant à son répertoire plus de 1 500 chansons, selon les formes mélodiques du folklore argentin, il compose des milongas (La Estancia vieja, Paisano errante, Milonga triste, Los Ejes de mi carreta, etc.), des chacarreras (Chacarrera de las piedras, La Olvidada, etc.), des vidalas (Lloran las ramas del viento, Vidala del Yanarcaj, etc.), des zambas (La Tucumanita, Quiero ser Luz, etc.), des bagualas (Arenita del camino, Babuala de Amaicha, etc.), des canciones (Le Tengo rabia al silencio, Duerme negrito, etc.). Ces chants, ou ces mélopées, aux accents souvent tragiques, sont portés par les cadences brusques ou délicates d’une guitare maniée avec virtuosité. Atahualpa Yupanqui incarna ainsi, avec autant de noblesse hautaine que d’authenticité et de sobriété, l’âme de son peuple et de son continent.
Il reçut deux fois le grand prix de l’Académie Charles Cros (1950 et 1960). Il était aussi l’auteur d’un récit intitulé Horizons de pierre :
«Dans cet étrange et passionnant univers argentin – écrit-il –, des traces de langues antiques adhèrent encore aux légendes comme le quartz à la pierre, comme la lumière au vol de l’oiseau, comme le silence à la mort.»

Albums

Piedra Y Camino

Label: IOD
Date de sortie en France: 01 Janvier 2008

Atahualpa yupanqui - Piedra Y Camino

From Argentina To The World

Label: EMI
Date de sortie en France: 01 Janvier 2006

Atahualpa yupanqui - From Argentina To The World

Testimonio

Label: VIR
Date de sortie en France: 01 Janvier 2005

Atahualpa yupanqui - Testimonio